Photo de Pierre sous la citadelle Chemin sur le Contadour

...Un fil conducteur m'était nécessaire, une sorte de satellite mental qui me permettrait de voir au loin Forcalquier et ses passions... (Les romans de ma Provence)

Dernières parutions

Élégie pour Laviolette

Mai 2010

Couverture d'Elégie pour Laviolette

Extrait de la 4ème de couverture :

J'avais été laissé pour mort par l'assassin, que j'avais poussé au crime en le persuadant qu'étant seul avec moi, il ne risquait rien à me faire disparaître. J'avais cependant adressé au juge Chabrand une lettre qui lui racontait ma mort et tous les détails de l'enquête l'ayant précédée. Il arriva avec ma lettre le soir même dans l'estafette des gendarmes. Grâce à leurs torches électriques, ils trouvèrent un cadavre entier, celui de l'assassin qui n'avait pu se résoudre à me donner le coup de grâce car il m'aimait bien dans le fond.

Le transport de justice dénicha aussi un demi-cadavre: moi, gisant sur le ventre, le nez sous une touffe de thym, baignant dans une mare de sang. Chabrand m'avoua plus tard que, dans le fourgon qui fonçait vers l'hôpital toutes trompes dehors, il avait failli me secouer par l'épaule, afin de me signaler le clair superbe qu'il faisait là-dehors, grâce au croissant de Diane et à la conjonction Vénus-Lune qui venait d'apparaître sur le filigrane du ciel.


Chronique d'un château hanté

Avril 2008

Couverture du Château hanté

Extrait de la 4ème de couverture :

Février 1349. Un rat moribond appartenant à un saltimbanque vient choir dans l'immense chaudron d'une daube mijotant pour les festivités de Mardi gras : c'est le début de la Peste noire à Manosque... Sous les remparts du village, un cavalier se régale du funeste spectacle : Lombroso, peintre officiel du duc de Mantoue, est venu trouver dans les cadavres encore chauds de la peste provençale une inspiration pour achever sa descente aux Enfers. La même nuit, une procession de jeunes nonnes du couvent des Clarisses de Mane quitte le château des Hospitaliers de Jérusalem, à Manosque. Ployant sous l'effort, elles tirent derrière elles un lourd chariot dissimulant une forme non identifiée qu'elles cachent dans leur crypte avant d'être soudain massacrées...


Histoire d'un trésor inestimable quoique sans valeur, Chronique d'un château hanté fait revivre la Provence d'autrefois en racontant les aventures de six générations du XIVe siècle à nos jours. Étourdissant son lecteur d'un suspense baroque, Pierre Magnan orchestre une palpitante remontée dans le temps et la nature de l'homme.

Voici ce livre que je promettais depuis des années à mes lecteurs. Il est disponible dans tous les points de vente depuis le 15 avril 2008.


Bonne lecture chers amis!



Historique du roman

2006

Je m'attelle à Chronique d'un château hanté puisque vous le voulez. Mais ce sera la mort dans l'âme et sans doute que je ne le terminerai pas et qu'il s'achèvera par un point de suspension parce que je serai tombé dessus...


2007

Je viens de recommencer pour la quatrième fois le début du roman que je vous promets depuis dix ans et dont la longueur s'étend, avec le même mystère, de la peste noire (1349-1350) à nos jours et qui s'intitule Chronique d'un château hanté.

Ce roman se déroule tout entier dans l'espace triangulaire compris entre Manosque, Forcalquier, Mane, Dauphin et le château de Sauvan.

Je vous en fait tenir ci-joint les trois ou quatre premières pages.

Ce travail me prendra trois ans de ma vie, s'ils me sont accordés. Pendant trois ans je ne vais rien produire d'autre et serai en grand danger d'être oublié. Tâchez de vous en souvenir, vous qui aimez à me lire.


Amandier © R. Caracchioli


Manuscrit page 1 Manuscrit page 2 Manuscrit page 3 Manuscrit page 4


Je publie ci-dessous, ces quatre nouvelles premières pages de mon roman Chronique d'un château hanté afin que, par comparaison avec celles manuscrites ci-dessus, le lecteur puisse mesurer combien une oeuvre est malléable tant qu'elle est prisonnière dans le cerveau d'un auteur et combien elle peut être prodigieusement transformée au gré du caprice imaginatif de celui-ci.


Manuscrit page 1 Manuscrit page 2 Manuscrit page 3 Manuscrit page 4


Pierre au travail


J'ai eu 85 ans le 19 septembre 2007.


Le roman que je promets depuis plus de cinq ans à mes lecteurs est en voie d'achèvement. Je n'en ai plus que deux chapitres à écrire mais ils ont chacun entre soixante et quatre vingt pages. Si Dieu me prête vie je le donnerai à mon éditeur (Denoël) avant le 31 décembre. Je devais l'appeler Chronique d'un château hanté. Maintenant j'hésite entre ce titre et L'arbre et le château hanté qui me paraît plus approprié. Ceci fera l'objet d'une discussion avec Denoël.


Je pensais que Chronique d'un château hanté serait mon dernier ouvrage. Si la Parque ne tranche pas mon fil en voie d'exécution, j'ai encore deux titres à commettre : Les jardins d'Armide et Passé sous silence.

Après ce sera mon Journal et il sera posthume.


Avril 2008

Mon livre est achevé et paraît sous le titre définitif : Chronique d'un château hanté.

Copyright © 2009 Ce site a été réalisé par Nicolas Rabuté-Magnan, avec la collaboration de Françoise Magnan.

Il est entièrement réalisé et exploité à l'aide de logiciels libres (GNU/Linux, bluefish, gFTP, Gimp...)